Professeur Layton et la Boîte de Pandore [Critique]

Acheter le Jeu

Toujours à l'affût du moindre secret à percer, Professeur Layton embarque pour une aventure qui le mènera sur les traces de la Boîte de Pandore !

Sorti en 2007, Professeur Layton et la Boîte de Pandore est le deuxième volet des aventures de notre cher professeur gentleman/archéologue. Surfant sur la vague du premier opus salué d’ingéniosité, force est d’admettre que le studio Level-5 signe cette suite qui profite du succès de son aîné sans le dénaturer pour autant !

test-professeur-layton-boite-de-pandore-1

Kawashima… Mais en mieux !

Comme il est coutume de débuter dans un Layton, tout part d’une lettre que notre héros reçoit de la part de son mentor, le docteur Andrew Schrader. Dans cette dernière, celui-ci affirme qu’il a réussi à entrer en possession de la fameuse boîte de Pandore. Selon les légendes, quiconque ouvre ce coffret maudit meurt sur le champ, mais cela n’empêche pas le vieil homme de mener quelques recherches sur ce coffret. Tout démarre lorsque Layton et son apprenti, Luke, débarquent au domicile du vieux professeur et le retrouvent… mort, gisant au sol !

test-professeur-layton-boite-de-pandore-2

Le jeu, comme à son habitude, vous triturera les méninges à plus d’un titre !

Le scénario s’auréole donc de mystères à la limite du paranormal, en tout cas bien plus que l’étrange village (le premier opus). Si par moment, celui-ci se veut prévisible et un peu tiré par les cheveux, il saura certaines fois prendre le joueur d’une petite émotion, ce qui est chose rare dans un jeu où l’on vous demande de réviser votre algèbre et votre géométrie. Car oui, le jeu comportant 138 énigmes, la grande majorité repose sur des problèmes mathématiques camouflés en mini-quête ou histoire, censé faire de l’exercice mental au joueur sans qu’il ne s’en rende compte. Pour le coup, c’est légèrement raté, puisque si le joueur adulte remarquera la supercherie tout de suite, il ne faut pas oublier que les plus jeunes seront rebutés par la difficulté des énigmes qui ‘arrêtent pas de croître (certaines sont vraiment retorses).

Bon, ok, on peut passer une énigme qui nous gêne un peu trop, c’est vrai, mais cela reste assez frustrant de reprendre son chemin sans avoir trouvé la solution. Dans ce cas, une seule solution : utiliser à outrance votre stock de pièces S.O.S.. Ces pièces vous permettent de débloquer jusqu’à trois indices par énigmes, ce qui facilite un peu plus la résolution, sans pour autant donner la réponse.

test-professeur-layton-boite-de-pandore-3

De gauche à droite, Flora, Luke et Layton… Ils feront souvent cette tête-là, pour sûr !

En soi, le scénario, bien que simpliste, comporte suffisamment de rebondissements pour tenir en haleine et découvrir les secrets de la ville de Folsense. Et plus l’aventure avance, plus le mystère s’épaissit. De fait, les différentes énigmes sont plutôt bienvenues et ne gâchent en rien l’expérience de jeu (je me suis même étonné à ressentir de l’épique dans la résolution d’une énigme lorsque la situation devient urgente). Le dynamisme d’un jeu censé être lent est très paradoxal, mais est amené avec tellement de confiance et de twist que l’on se trouve devant un jeu parfait pour remplacer un livre de chevet.

De nombreux à-côtés !

Un des points forts du jeu est sans nul doute les « quêtes annexes ». Je place des guillemets car elles n’en sont pas vraiment, mais participent tout de même à relancer un peu la durée de vie du titre, tout en restant assez simples à exécuter. Lors de l’aventure, vous récolterez plusieurs items, plus ou moins précieux. Ceux-ci vous permettront de devenir le coach sportif d’un hamster obèse, de réparer votre propre appareil photo ou encore de concocter des recettes de thés afin de les distribuer aux villageois de Folsense. Dis comme ça, ça a l’air con, mais on se prend très vite au jeu, et on se dit que, finalement, le 100% n’est plus très loin.

test-professeur-layton-boite-de-pandore-4

Le jeu regorge de personnages hauts en couleurs, c’est un peu la « patte » de Level-5 !

Nous nous retrouvons donc devant un Docteur Kawashima fichtrement mieux et nettement mieux représenté, car assumé. Je suis d’accord, il faut être fan du genre point’n’click rempli d’énigmes, mais c’est justement ce qui fait le sel du jeu. L’humour est nian-nian, mais n’est pas dérangeant pour autant, et l’histoire présentée transporte sans lasser le joueur. Pour un début de licence, Level-5 tient là un personnage fort, charismatique et élégant, ce qui ne se voit pas tous les jours dans le milieu. Bien entendu, Professeur Layton et la Boîte de Pandore n’est pas parfait, les graphismes sont vieillissant pour une DS, la VF est plus que discutable et le jeu se termine très rapidement, mais globalement, il assure le show et le fait d’une très belle manière, surtout grâce à ses musiques enchanteresses qui transportent littéralement.

Légèrement balbutiant, mais faisant toujours mouche, Professeur Layton et la Boîte de Pandore tient en haleine de par son scénario mystérieux qui incite à la découverte. Les énigmes, très épicées, et en rebuteront certains, c’est sûr, mais pour qui tiendra le coup, l’envie de faire la saga complète ne sera jamais très loin. Level-5 frappe fort, et pourtant tout en douceur avec ce visual-novel/énigme rafraîchissant !

Points Forts

  • L'ambiance Layton au rendez-vous
  • L'OST, sublime
  • Les énigmes inspirées
  • Le scénario prenant

Points Faibles

  • La difficulté peut rebuter
  • Durée de vie faible

Très bon !

Féru de jeux vidéo, j'aime bien en parler, y jouer, le remettre en question et, surtout, écrire dessus ! J'avais déjà un pad NES dans le ventre de ma mère et je suis né en avance grâce à un cheat code !

Envie de réagir ?

Lost Password

%d blogueurs aiment cette page :