Pop Culture et autres petits mensonges

Pop Culture et autres petits mensonges

Ce terme résonne dans toutes les têtes, comme fer de lance d’une génération plus que jamais actrice de son propre destin : Pop Culture. Pourtant, avons-nous tous la même définition de ce terme parfois utilisé à tort pour justifier une incapacité critique de notre environnement ? 

 

Avant de commencer, il serait bon de fournir une définition, ne serait-ce que pour mieux appréhender le pourquoi du comment.

Notre ami wikipédia nous propose ce qui suit :

La culture populaire représente une forme de culture dont la principale caractéristique est d’être produite et appréciée par le plus grand nombre, à l’opposé d’une culture élitiste ou avant-gardiste qui ne toucherait qu’une partie aisée et/ou instruite de la population. Elle ne doit pas être confondue avec la culture de masse ou la culture médiatique .

Le terme « culture pop » (ou « pop culture » en anglais) désigne plus spécifiquement le courant contestataire né à la fin des années 50 dans l’art et la musique.

Partant de là, et sachant qu’en sociologie, le mot « culture » définit ce qui est « relatif à un groupe d’individus », nous pouvons partir sur une base saine : la Pop Culture touche le plus grand nombre, et plus précisément dans les domaines artistiques.

Le déclic du Fossoyeur

Bien qu’étrange, ce titre à tout son sens. En effet, récemment, j’ai eu la chance (oui, la chance) d’aller voir au cinéma un film polémique : Batman v Superman – l’Aube de la Justice. Nous ne sommes pas là pour faire une critique, d’autres sont bien mieux placés que moi pour traiter le sujet. Toujours est-il que je ne comprenais pas le lynchage général que la communauté avait décidé de porter à ce film (si vous ne le savez pas, le film à pris très cher dans les dents).

En rentrant chez moi, je me suis mis en quête de trouver des avis, favorables ou non, sur le film et sur le pourquoi on lui portait une haine aussi farouche. Notamment sur Youtube, où l’excellent Durendal et le non moins excellent Fossoyeur de Film ont pour habitude d’apporter une réflexion sur ce genre de titres. Bien sûr, il y en a bien d’autres tout aussi talentueux, cependant, ce sont ces deux là qui me servent de mètre-étalon.

Dans la critique de ce film, donc, nous allons nous intéresser au Fossoyeur de Film, qui, dans sa critique, interpelle dès le titre de la chronique : « Batman v Superman (ou le problème actuel de la pop culture) !« . Intrigué, je clique dessus et je tombe sur ça (la vidéo fait 18 minutes, mais pour notre réflexion, les 6 premières minutes suffisent, et comme ça, vous n’aurez aucun spoil sur le film) :

 

Vous l’avez compris, le film, on s’en branle, on l’a déjà dit, on est pas là pour ça. Cependant, avez-vous noté les interrogations posées par notre bon Fossoyeur ? Pour votre serviteur, elles sont toutes justifiées, toutes pleines de bons sens et toutes captivantes à creuser.

Déjà, à partir de 2.50 min, la première bombe est lâchée :

Depuis quelques années, j’ai l’impression qu’on assiste à un phénomène d’accentuation, voire d’extrémisation, dans la manière de réagir à la Pop Culture et de la consommer !

Extrémisation… Si le mot en lui-même est grammaticalement incorrect, il qualifie pourtant bien la façon qu’un consommateur (vous, moi, nous) a de défendre une valeur vidéoludique qui lui est propre. Cela fait penser aux débats et clashs dans les cours d’écoles, avec le fameux combat de titan Nintendo vs Sega, non ? Pourtant, et contrairement à ce qu’on pense, nous, adultes, avons toujours les mêmes débats ainsi que les mêmes clashs. La différence, c’est qu’entre-temps, nous avons appris à mieux organiser nos idées, et que Nintendo et Sega sont devenus Microsoft, Sony et Apple.

pop-culture-autres-petits-mensonges_1

Certains se souviennent peut-être du duel Nintendo/Sega. À l’époque, choisir un camp était une question d’honneur !

 

Le Fossoyeur évoque, à juste titre, le paradoxe de la Pop Culture, à savoir : ce qui nous réunit tous, mais qui est très personnel à la fois. Il parle même de « repli identitaire« . Et pour cause, qui ne s’est jamais foutu de la gueule de quelqu’un qui ne regarde pas les séries en VO (s’autoproclamant au passage plus intelligent et cultivé) ? Qui n’a jamais eu peur d’être jugé en avouant adorer Fifa ? Et avant que le « geek » ne soit au sommet de sa popularité, qui n’a jamais caché à certaines personnes le fait de toujours jouer à Pokémon ? Nous avons tous été au moins une fois bourreau ou victime (voire les deux) de cette « discrimination » qui, la plupart du temps, est infondée car non construite (d’où l’importance de se questionner).

Tout cela nous a emmené à nous forger comme une carapace, incompris que nous étions (ou que nous sommes toujours) par certains de nos pairs. Seulement, à l’heure où citer des répliques du Seigneur des Anneaux ou de Retour vers le Futur est signe de « coolitude », force est d’admettre que cet excès de confiance se transforme parfois, comme cité plus haut, en « extrémisme ». Attention, rien de méchant, ni d’accusateur ou encore de radical, mais simplement une foi aveugle, qui empêche occasionnellement d’avoir un regard critique.

pop-culture-autres-petits-mensonges_4

Image représentant le mépris qu’ont souvent les joueurs PC envers les « consoleux ». C’est vrai, c’est drôle, tant que ça ne devient pas un fer de lance d’un mode de pensée.

 

N’est-ce pas parce que nous boycottons la VF que celle-ci se permet de se dégrader, sans soutien de notre part ? Ceux qui jugent les casuals ne sont-ils pas plus fautifs de ne pas leurs proposer un jeu alternatif ?

C’est ainsi que, par une passivité collective, tout le monde accepte sans broncher que Squeezie ou Le Rire Jaune fassent les doublures de Ratchet & Clank, et que tout le monde se réveille une fois la guerre terminée pour pousser un grand gueulard. Beaucoup de joueurs ne savaient même pas citer la voix originale de Ratchet, Marc Saez, et certains n’avaient même jamais joué à la licence.

L’effet de masse ? Bien entendu ! La principale cause étant les réseaux sociaux, qui font preuve d’une réactivité et d’une manipulation de l’information complètement folle. Tellement folle qu’il est très difficile d’y déceler le vrai du faux, le sérieux de l’humour, le conseil du mépris.

pop-culture-autres-petits-mensonges_2

Ne vous moquez pas de moi, Scrubs est bien la preuve qu’une VF peut être excellente !

 

 

Il n’y a plus de débat !

Bien sûr, nous avons tous des valeurs à défendre, aveuglément ou non. Mais refuser de voir que son propre discours à ses failles (ce billet peut vous paraître grotesque, je le conçoit), c’est surtout refuser d’organiser ses idées pour avoir une réflexion construite. Et s’il n’y a pas de construction, il n’y a pas de débat, et on retourne dans la cour d’école. 

Le but d’un débat, ce n’est pas de convaincre la personne en face de soi que son discours est le meilleur (sauf dans les bistros). C’est surtout une manière de s’affirmer en tant qu’individu, et d’échanger ses idées avec un partenaire tout aussi respectueux (mais pas forcément de vous, plutôt de lui-même). Je pense qu’il n’y a que de cette manière que l’on peut faire avancer un sujet, un média, un courant de pensée, etc.

Un peu plus haut, je cite l’effet de masse, ainsi que l’affaire « Rachet & Clank« , et les détracteurs qui gueulaient sans même savoir de quoi ils parlaient (attention, pas tous, certains avaient un discours construit). Eh bien se poser ce genre de réflexion, c’est empêcher un effet de masse néfaste d’avoir un effet sur notre mode de pensée (car, oui, il y a des effets de masse positifs).

Il est important de redonner un sens eu terme « Pop Culture » comme désignant ce qui nous rassemble malgré nos différences, plutôt que de conserver celui désignant le fait d’exclure ce qui ne correspond pas à sa définition, car au final, et je n’invente rien, c’est « ce qui est » : la culture populaire est devenue, au fil des années, élitiste !

Sur ce, il est minuit et demi à l’écriture de cet article, donc je termine ici, en vous invitant bien sûr à exprimer votre opinion à propos de tout ceci. Mais au cas où il y aurait encore des personnes assez « extrémistes » pour rejeter tout en bloc et gueuler, je vais rajouter ça en dessous :

Ce billet ne représente que mon avis, il n’est en aucun cas un discours unique et inattaquable !

 

Féru de jeux vidéo, j'aime bien en parler, y jouer, le remettre en question et, surtout, écrire dessus ! J'avais déjà un pad NES dans le ventre de ma mère et je suis né en avance grâce à un cheat code !

Envie de réagir ?

Lost Password

%d blogueurs aiment cette page :