[CRITIQUE] Koloro !

Acheter le Jeu

Connaissez-vous Sköll Studio ? Mais si, souvenez-vous, ce jeune studio indépendant basé à Metz nous a déjà fait l’honneur de nous accorder une interview (que vous pouvez retrouver ici) à propos de leur bébé, l’atypique Koloro ! Sorti le 18 mai 2018 sur Steam, il est temps pour moi de vous livrer mon impression enjouée sur le titre.

Un représentant du « One Button Action » !

Koloro, c’est avant tout un pari plutôt risqué qui nous est proposé par l’équipe de Sköll Studio. Vous contrôlez Kora, une petite fille bien mystérieuse, qui est à la recherche de sa sœur. Cette intrigue pas si minimaliste que cela permet de démarrer l’aventure « tout de go » dans l’univers onirique et enchanteur du titre.

Pari risqué, disais-je plus haut : en effet ! Le parti prit du titre est très simple : vous n’avez qu’un seul bouton pour contrôler votre avatar, et pas un de plus. Pas de sticks, de gâchettes ou autre élément superflus : votre unique action se résumera au saut. Une fois lancée, notre héroïne ne pourra changer de direction qu’au contact d’un mur, en effectuant un « wall jump ».

Autant dire tout de suite qu’il faut un certain temps d’adaptation, mais force est d’admettre que le coup de main vient très rapidement. Votre objectif sera donc d’atteindre la sortie des différents niveaux en évitant les pièges et obstacles qui se dresseront sur votre route. Bien entendu, si le titre se veut permissif et indulgent en début d’aventure, ce dernier se corse diablement au fur et à mesure de votre progression, pour ne laisser place qu’a du talent pur et dur sur la fin.

Koloro propose un contenu fourni et généreux, avec plus de 300 niveaux au compteur, un mode co-op et un mode hardcore !

Avec ce choix, plutôt « couillu », nous pouvions aisément craindre que Koloro ne se démarque d’une rude concurrence, notamment sur le genre du platformer qui connaît un nouveau souffle depuis quelques années déjà. Pourtant, tout est là, manette en main bouton sous doigt : c’est un véritable régal. Frais, aguicheur et accrocheur, Koloro parvient à séduire et à nous embarquer très simplement. Dans la digne lignée d’un « Super Meat Boy » ou d’un récent « Céleste », le titre sublime la plateforme en le réduisant à sa fonction première : sauter.

Pas de fioritures ni de chichis, il est question ici d’évaluer en avance le niveau qui nous attend, et ce de façon attentive. En effet, dès que vous aurez décidé de vous lancer dans la course, il ne sera plus question de revenir en arrière : les neurones et les réflexes seront mis à rudes épreuves. Koloro joue avec le « sens du réflexe », et demande une attention permanente. Il n’est pas rare de se bloquer soi-même en pensant avoir trouvé le moyen d’atteindre la sortie. De plus, il faut très souvent jouer avec les situations complexes afin de dégager un passage : pas question de roupiller donc !

Une recette gagnante !

Le meilleur dogme à mon sens pouvant qualifier Koloro est le suivant : « il fait peu, mais il le fait bien » ! Et à l’heure où la plupart des éditeurs n’hésitent plus à bâcler des titres pour coller aux calendriers, il est agréable de voir qu’une philosophie de travail, portée par les indés, vive encore et apporte des jeux « terminés » et « propre » sur le plan technique.

Car « peu » faire n’est pas synonyme de paresse, mais plutôt de maîtrise. Cette démarche et cet esprit se retrouve parfaitement dans le titre, qui même en proposant une progression linéaire, ne lasse jamais vraiment.

Les nouvelles mécaniques débarquent toujours au bon moment, les pièges évoluent et se renouvellent : bref, il est bien rare de s’ennuyer. De plus, la direction artistique, aussi maîtrisée que la technique, parvient à proposer un univers cohérent, charmeur et simple à la fois. L’OST, vraiment pertinente et cohérente, renforce encore plus cet aspect onirique.

Le titre propose une expérience fraîche et séduisante, le tout sur un savoir-faire techniquement maîtrisé !

Pour le reste, le studio a fait les choses plus que correctement. Un mode hardcore pour les puristes désireux de se frotter à davantage de difficulté (des sado-maso, de toute évidence) ainsi qu’un mode en co-opération pour y jouer à deux. Etrangement, si je n’ai pas grand-chose à dire sur ces éléments, je dois bien admettre, par un rapport d’intimité probablement, que j’ai préféré jouer au titre en solo. Un peu comme si je ne voulais pas partager ces « moments de jeux » lorsque j’étais devant mon PC. Quoiqu’il en soit, cela gonfle la durée de vie du titre, qui varie entre 7-10 heures pour le solo à environ une quinzaine pour débloquer tous les défis.

Avec tout ça, comment aborder de façon éloquente les points faibles ? Vous l’avez deviné, il y en a peu, mais certains vont tout de même faire tiquer quelques joueurs. Par exemple, quelques « hoquets » dans le framerate vous feront plus d’une fois louper votre action de départ. Si cela n’est pas embêtant en soi, au vu de la recette « die’n’retry », cela se doit quand même d’être souligné. De plus, les « combats » de boss auraient gagné à être améliorés, peut-être en proposant un gameplay asymétrique coupant avec les niveaux plus « classiques » Toutefois, ne boudons pas notre plaisir : pour une équipe de seulement 4 personnes, l’exploit se pose là !

Koloro est donc un titre qui possède des qualités indéniables. Un gameplay efficace, un contenu fourni, une direction artistique aux petits oignons ainsi qu’une durée de vie plus qu’honnête pour le prix proposé : est-ce là la recette gagnante ? En tout cas, les membres de Sköll Studio n’en est pas loin ! J’espère fortement que ce titre leur accordera la visibilité qu’ils méritent, afin de les mener à des projets toujours plus personnels et ambitieux, car il y a là un réel savoir-faire en matière de création vidéoludique qu’il ne faut pas laisser passer. Au-delà de cela, je m’étais déjà imaginé plus de points négatifs à aborder, car il est vrai que le jeu peut être amélioré encore plus. Cependant, cela serait oublier un point des plus fondamentaux de Koloro : la simple simplicité ! Alors restons-en sur ce qui fait que le titre est pour vous si vous êtes fans du genre plateforme/puzzle : son contenu généreux, son accessibilité allant des néophytes aux vétérans, et son univers plus qu’enchanteur ! Un niveau en appelle toujours un autre, et la difficulté est suffisamment bien dosée pour satisfaire un large panel d’intéressé, les adeptes du voyage comme ceux du défi. Avec un prix affiché de 12,99€, il n’y a pas à chipoter : foncez !

Points Forts

  • La direction artistique sublime
  • L'OST maîtrisée et aguicheuse
  • Le "One Button Action" qui fonctionne à merveille
  • Un contenu gourmand et génereux
  • Techniquement maîtrisé
  • Le puzzle/plateforme sublimé

Points Faibles

  • Quelques "hocquets" sur le framerate
  • Les combats de boss à peaufiner

Très bon !

Féru de jeux vidéo, j'aime bien en parler, y jouer, le remettre en question et, surtout, écrire dessus ! J'avais déjà un pad NES dans le ventre de ma mère et je suis né en avance grâce à un cheat code !

Envie de réagir ?

Lost Password

%d blogueurs aiment cette page :