[INTERVIEW] Backdrafts : Le studio répond à nos questions !

[INTERVIEW] Backdrafts : Le studio répond à nos questions !

Backdrafts est un jeu base-defense  créé par le studio indépendant Id&al Editions (voir ce billet). Disponible depuis peu sur iOS et Android, nous avons voulu poser quelques questions au studio, qui a gentiment accepté de nous accorder un peu de temps. N’hésitez pas à soutenir l’équipe, tous les liens sont à la fin de l’interview. 😉

backdrafts-jeu-base-defense-montpellierain-1

Learn the Geek : 
Votre studio, Id&al Editions, est Français et est basé à Montpellier. Pouvez-vous présenter les membres de l’équipe ?

Id&al :
Chez Id&aL, nous ne sommes que 2 : Igor Davin et Antoine Laboureur. Nos initiales forment d’ailleurs le nom de la société ! C’est le studio Outer Zone qui a travaillé avec nous sur la réalisation de Backdrafts. Chez Outer Zone, ils sont 2 aussi : Jonathan Schreiner et Vincent Trainini. Nous avons bossé main dans la main ensemble, pour produire le jeu le plus sympa possible ! Nous avons également travaillé avec beaucoup d’autres personnes pour réaliser Backdrafts, mais ce serait trop long de toutes les citer ici ! Le mieux est de lire les crédits dans le jeu 🙂

 

Learn the Geek :
Id&al Editions voit le jour en 2008, mais pas pour se lancer dans le développement de jeux vidéo, c’est exact ?

Id&al :
Oui, Id&aL est avant-tout un éditeur de jeux de société. Nous avons d’abord commencé à éditer des jeux de plateau :
Kahmaté, un petit jeu de rugby à 2, nominé parmi les 10 meilleurs jeux de l’année 2008 par le site www.trictrac.net
Burdigala, un jeu de construction d’une ville à l’époque romaine, pour 2 à 4 joueurs, nommé meilleur jeu familial de l’année 2011 par le site www.jedisjeux.net
Haru Ichiban, un jeu poétique à 2 dans lequel il faut faire fleurir des nénuphars et les déplacer sur un plan d’eau. C’est notre dernier jeu de plateau, en date de 2015 et il connait un joli succès !

Mis à part ces 3 jeux présents dans toutes les bonnes boutiques, Id&aL est également prestataire en concevant et fabricant des jeux pour des clients publics ou privés, sur demande. Depuis 2011, nous faisons également du portage de jeux de société vers les plateformes mobiles. Nous avons ainsi porté Kahmaté, Haru Ichiban et le jeu Kairn sur iOS (App Store) ainsi que le jeu Cameleon sur Android (Google Play). Et notre dernier portage concerne le jeu Times’Up, qui sera accessible à la fois sur iOS et Android, fin décembre/début janvier.

 

Learn the Geek :
Qu’est-ce qui vous a motivé à vous diversifier et à réaliser des jeux pour smartphones ?

Id&al :
Comme nous avons acquis pas mal d’expérience en faisant du portage de jeux de plateau vers les plateformes mobiles, nous nous sommes dit « pourquoi ne pas réaliser un jeu vidéo destiné à ces plateformes que nous maîtrisons ? »

Voilà comment est né le projet Backdrafts ! Et l’idée d’un projet de jeu avec un dragon comme héros nous plaisait bien alors nous nous sommes lancés !

 

Learn the Geek :
Aujourd’hui, en France, est-il aisé de devenir développeur indépendant ?

Id&al :
Oui et non.

Oui, parce que n’importe qui aujourd’hui peut décider de devenir développeur indépendant ! Et c’est d’ailleurs formidable de voir le réseau de développeurs indépendants qui existe en France ! Vous trouverez facilement d’autres personnes qui, comme vous, se lancent dans l’aventure et vous conseilleront, vous aideront à aller dans la meilleure direction, seront là pour tester vos jeux et vous faire des retours constructifs.

Non, parce qu’il faut être très patient et accepter d’essuyer beaucoup d’échecs avant d’avoir une petite reconnaissance de votre travail. La plupart des développeurs indépendants ont déjà plusieurs jeux à leur actif. Et pourtant, ils restent dans l’ombre, à continuer de travailler sur leurs projets, sans que leurs jeux n’aient assez de visibilité pour être joués et leur rapporter quoi que ce soit (reconnaissance et/ou argent).

Aujourd’hui, être développeur indépendant est très difficile. Surtout si vous n’avez pas assez d’argent à mettre en communication à la sortie de votre jeu. Car sans visibilité, point de salut.

 

Learn the Geek :
Votre dernier jeu, Backdrafts, est disponible sur iOS depuis le 7 novembre dernier. Comment s’est passé le lancement du jeu ?

Id&al :
Ah… La question qui fâche 🙂

Moins bien que prévu ! Nous sommes contents car le jeu est téléchargé, il est joué et apprécié. Backdrafts n’est pas passé complètement inaperçu et nous apprécions grandement les avis positifs postés par les joueurs ! Mais, malgré cela, nous aurions aimé avoir beaucoup plus de téléchargements à la sortie du jeu. Il n’est pas facile d’avoir suffisamment de visibilité pour toucher des dizaines de milliers de joueurs.

Nous avons pourtant mis en place pas mal de choses. Mais tellement de nouveaux jeux sortent chaque jour que les joueurs sont dans l’embarras du choix. Nous espérons juste que ceux qui apprécient Backdrafts feront passer le message autour d’eux, parlerons du jeu à leurs proches et que les téléchargements augmenteront avec le bouche à oreilles ! Et nous continuerons bien entendu à réaliser des opérations de communication et de publicité pour faire connaitre le jeu !

 

Learn the Geek :
La manière d’aborder la création diffère-t-elle entre un jeu de société et un jeu mobile ?

Id&al :
Au niveau de la création, non. Elle est identique pour les deux supports. C’est la production qui diffère. Pour un jeu de société, un éditeur doit privilégier la qualité du game design, du matériel et des illustrations. Pour un jeu mobile, il faut d’abord penser à la monétisation, intimement liée au game design, puis penser à la rétention dans le jeu via le level design et l’interface graphique, et enfin s’attaquer à la viralité étroitement liée à la communication et au community management.

Ce sont deux univers vraiment distincts au niveau de la production. Mais pourtant très proches concernant la création…

 

Learn the Geek :
Lorsque vous devez créer un nouveau jeu (vidéo ou non), quelles sont les premières étapes clés ?

Id&al :
Que ce soit dans le secteur du jeu vidéo ou du jeu de plateau, la création passe soit par un thème, soit par une mécanique de jeu. Un thème fort, porteur, ou qui vous plait particulièrement, vous aidera à trouver un game design porté par le thème, qui vous éloignera du jeu abstrait et purement mécanique.

D’un autre côté, partir d’un game design fort, de mécaniques de jeu originales ou revisitées habilement, donneront de l’attrait à votre jeu, sur lequel vous pourrez plus ou moins coller plusieurs thématiques sans dénaturer le gameplay. Ensuite, il faut lui trouver un style graphique accrocheur ! Qui ne laissera pas indifférent, qu’il plaise ou non. Les goûts et les couleurs… tout ça tout ça…

Mais la cohérence, la prise de risque, la différenciation, chercher ce qui va faire s’arrêter les gens, regarder autrement, ça c’est quelque chose qui manque je trouve aujourd’hui. Beaucoup trop de jeux surfent sur les mêmes styles graphiques, sans trop de renouvellement… Enfin, il faut trouver la bonne équipe ! Les gens avec qui vous prendrez plaisir à réaliser le jeu du début jusqu’à la fin.

 

Learn the Geek :
Si vous deviez convaincre quelqu’un de craquer pour Backdrafts :

Id&al :
Tout d’abord, je lui dirais que Backdrafts est gratuit, et qu’il ne prend donc pas beaucoup de risques à le tester !

Ensuite, je lui dirais que c’est un petit jeu dont les niveaux se jouent en moins de 5 minutes, donc qu’il pourra en profiter n’importe où, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Que c’est un jeu très rythmé et pas si facile que les premiers niveaux le laissent croire… Qu’il s’attachera rapidement à son petit dragon et qu’il prendra plaisir à le voir évoluer au fil de l’histoire. Qu’il pourra jouer pour la gagne et tenter de se placer dans le top 5 de chaque niveau ! Qu’il sera particulièrement fier de passer certains niveaux assez ardus, en enchaînant correctement les combinaisons et les placement de Stases afin de récupérer ses flammes au bon moment.

Et qu’il pourra profiter d’encore plus de niveaux, de pouvoirs spéciaux, d’ennemis différents s’il diffuse le jeu autour de lui 🙂

 

Learn the Geek :
Quel est votre avis sur le fait de créer des jeux vidéos sur d’autres plateformes (PC ou consoles) ?

Id&al :
Nous n’avons pas vocation à faire des jeux PC ou consoles. Nous n’avons ni les compétences, ni les moyens de nous engager sur cette voie. Et nous préférons laisser ceux qui savent le faire, travailler sur les pépites ludiques de demain sur ces plateformes !

 

Learn the Geek :
Des projets à venir pour 2017 ?

Id&al :
Oui. Mais c’est secret 🙂

 

Learn the Geek :
Je vous remercie de m’avoir accordé un peu de temps et je vous souhaite à tous beaucoup de succès pour Backdrafts ainsi que vos autres projets.

Id&al :
Un grand merci ! Et à bientôt j’espère !

 

J’espère que cette interview vous a plu, et que vous en avez appris un peu plus sur Id&al Editions. Vous pouvez retrouver Backdrafts sur iOS et Android (n’hésitez pas, il est gratuit) et si vous désirez voir les autres produits du studio, rendez-vous à cette adresse !

Merci au studio d’avoir joué le jeu et merci à vous de m’avoir lu ! 😉

Féru de jeux vidéo, j'aime bien en parler, y jouer, le remettre en question et, surtout, écrire dessus ! J'avais déjà un pad NES dans le ventre de ma mère et je suis né en avance grâce à un cheat code !

Envie de réagir ?

Lost Password

%d blogueurs aiment cette page :