Conception II : Children of the Seven Stars [Critique]

Acheter le Jeu

Venu tout droit du pays du soleil levant, Conception II, titre atypique made by Atlus débarque dans nos contrées avec toutes les règles d’un J-RPG à l’ancienne. Draguer, enfanter et partir au combat : voilà qui change un peu le quotidien du héros de jeu de rôle lambda ! 

conception-ii-children-of-the-seven-stars_1

Les chicas qui vous accompagneront durant l’aventure !

Le secret, c’est d’utiliser le petit doigt !

Conception II, comme sa numérotation l’indique est le deuxième volet de la série. Le premier soft étant sorti uniquement au Japon en 2012 (sur PSP), Atlus a décidé pour ce numéro deux de ne pas suivre son prédécesseur, laissant ainsi la chance aux badauds comme vous et moi de s’essayer à la joie d’enfanter des machines de guerres magiques. On s’explique !

Le jeu vous met dans la peau d’un héros (dont le nom est personnalisable) qui est lycéen et qui possède sur sa main la marque du « Star God » (la Triforce locale, symbole de puissance ultime). Le monde dans lequel vous évoluez se nomme Aterra, et celui-ci est en rpoie avec des hordes de monstres issues de « puits de ténèbres », sortes de cercles magiques apparaissant un peu partout dans le monde. Votre rôle, former votre équipe, plonger au cœur de ces puits et éliminer le chef pour enfin les sceller une fois pour toute.

conception-ii-children-of-the-seven-stars_2

Les phases de dialogues sont nombreuses et pas toujours très recherchées !

La particularité de Conception II est de former votre équipe à partir de… vos propres enfants ! En réalité, ils ne sont pas vraiment humains, ce sont plutôt des esprits issus du pouvoir du Star God. Au fur et à mesure de l’aventure, vous rencontrerez plusieurs « girls » qui vous accompagneront (en somme, la mère), et c’est avec l’une d’elles que vous pourrez procéder à la cérémonie permettant d’enfanter. Cérémonie plutôt bien faite et lourde de sens puisque qu’il suffit de se donner la main, de s’aimer très fort, et PAF ! Ça fait des chocapics ! Ce côté gentillet et mignon est très appréciable, car si le jeu joue pas mal avec la borderline « Fan Service » (à savoir petites culottes à tout vas, gros boobs, etc.) il reste toujours dans la mesure, le respect et n’est absolument pas racoleur. Le jeu se suffit à lui-même !

Cette cérémonie, et les discutions qui tournent autour, font toujours référence à l’acte sexuel tel que nous le connaissons (« Sois gentil avec moi », « C’est la première fois pour moi », etc.) mais ne tombe jamais dans le lourdingue et ramène l’acte en question à, justement, plus de douceur et de respect. Une fois la cérémonie accomplie, votre petiot (ou petiote) né(e) en vous apportant un bonus relatif à la relation que vous avez avec la mère (plus vous êtes proches, plus le bonus est important). Ensuite, vous sélectionnez sa classe (Archer, Mage, Guerrier… le grand classique) et vous pouvez commencer à composer une équipe. Chaque équipe contient 3 enfants et réagit comme une unité propre (les 3 enfants cumulent leurs PV pour faire une jauge unique, idem pour leurs stats). En gros, 3 gosses = un héros !

Deux phases de Gameplay distinctes !

Le jeu se scinde donc en deux phases bien séparées. La première est la phase « Lycée », durant laquelle le jeu se mue en « Visual Novel » (comprenez un roman graphique, avec énormément de phases de dialogues). Cette phase vous permet d’avoir des rendez-vous avec les prétendantes, de faire vos emplettes, suivre vos cours, et préparer votre équipe pour la phase suivante.

La deuxième, quant à elle, est la phase « Donjon ». Car oui, dans Conception II, il n’est pas question d’un monde ultra ouvert ou de carte du monde sur laquelle vous pouvez vous promener librement en chassant du monstres aléatoirement. Non, ici, vous sélectionnez le donjon dans lequel vous voulez entrer, en sachant que ce dernier est généré de manière aléatoire à chaque visite. Pour le reste, c’est un Dungeon-RPG plutôt classique (comprenez que vous enchaînez les couloirs, puis les salles remplies de monstres, de nouveaux les couloirs, etc.). Votre objectif est de trouver la bonne salle qui vous permettra de monter au niveau supérieur, qui est identique au précédent, mais avec des monstres plus costauds, et ainsi de suite jusqu’au Boss du Donjon.

conception-ii-children-of-the-seven-stars_3

Dans les donjons, votre petite famille vous suit partout !

Disons-le tout de suite, pour les non-initiés du genre, cela risque de rebuter pas sa linéarité. Mais qu’importe, un des atouts du soft est bel et bien son système de combat, qui reprend le classique tour par tour en y ajoutant quelques fonctionnalités bienvenues.

En effet, durant les combats, vous avez le choix de vous placer où vous le souhaitez autour de votre ennemi, en sachant que se mettre dos à lui fera plus de dégâts, bien entendu, mais comme vous prenez moins de risque (forcément), votre jauge de « Break » ne se remplira pas (une sorte de tension de l’équipe augmentant les coups et les magies). Il faut alors bien choisir de manière stratégique où se placer, en sachant toujours que les unités « enfants » ne peuvent pas se trouver sur la même case (sauf les parents, ce qui peut d’ailleurs déclencher des combos plus puissants parents/enfants).

Bien entendu, de manière générale, vos enfants feront plus de dégâts en fonction de la relation avec vous et la mère (car vous n’allez pas garder la même girl tout le jeu, c’est garantie). Ainsi, tout tourne autour de la compatibilité amoureuse et amicale de tout ce beau monde. Plutôt ingénieux et assez bien exploité !

conception-ii-children-of-the-seven-stars_4

Il faut se placer correctement durant les joutes !

Des petits défauts !

Comme, vous le savez, aucun jeu n’est parfait, Conception II débarque avec, lui aussi, quelques petits défauts. Premièrement la localisation. Les non-anglophones seront déçus de ne pouvoir s’essayer au soft car celui-ci demande un niveau d’anglais très correct pour pouvoir être apprécié. Ensuite, le doublage est uniquement disponible en anglais, et les puristes regretteront de ne pouvoir jouer au jeu avec les voix japonaises. Pour finir, il faut être conditionné à l’avance aux genres du Dungeon-RPG et du Visual Novel. Cela fait beaucoup, certes, mais ce n’est qu’une fois ces conditions réunies que Conception II révèle sa vraie valeur.

Alors oui, dans le même genre et moins redondant, nous pouvons penser à la saga « Persona » ou bien « Shin Megami Tensei« , mais Conception II à ce petit « je ne sais quoi » de japonisant qui nous embarque tout de suite dans son univers, sans lourdeur et en offrant des possibilités de combinaisons en matière de gameplay qui ravira les fans qui veulent se bâtir une équipe ultime.

Conception II : Children of the Seven Stars est un Dungeon-RPG qui apporte ce petit vent de fraîcheur et qui casse un peu les codes classiques de la progression. Sans jamais tomber dans le fan-service niais, il prône plutôt un message d’amour tendre et de poésie sans tomber dans la facilité. Il ravira les fans de donjons, de boss et de personnalisation d’équipe, mais découragera vite les non-initiés !

Points Forts

  • La personnalisation de son équipe
  • Le système de combat fun
  • Le challenge bien dosé
  • La légèreté du propos abordé

Points Faibles

  • Les scènes de dialogues parfois redondantes
  • Les donjons pas assez variés
  • Pas de VF

Passable !

Féru de jeux vidéo, j'aime bien en parler, y jouer, le remettre en question et, surtout, écrire dessus ! J'avais déjà un pad NES dans le ventre de ma mère et je suis né en avance grâce à un cheat code !

Envie de réagir ?

Lost Password

%d blogueurs aiment cette page :