[BILLET] La Presse JV : quel avenir pour les spécialistes web ?

[BILLET] La Presse JV : quel avenir pour les spécialistes web ?

L’idée de ce billet m’est venue en échangeant et en débattant avec d’autres rédacteurs : quel avenir pour la Presse spécialisée JV ? Certains pensent qu’elle est vouée à disparaître, d’autres qu’elle survivra à la condition d’évoluer. Ce billet, entièrement subjectif, se positionnera plus sur la relation éditeur/Presse, et les impacts de l’un sur l’autre (et inversement). 

Préambule

Je me livre un peu, mais il y a 2 ans, lorsque j’étais rédacteur sur un autre site, il m’a été donné l’occasion de pointer le bout de mon nez à la Paris Games Week (édition 2014, donc). Pour moi qui n’avait jamais assisté à ce genre d’événement, l’impatience était à son comble : des gens, des journalistes, des pros, des joueurs, du public, des jeux… En revenant de ce salon, j’avais des étoiles pleins les mirettes (un passe « Presse », ça aide, pour sûr), puis, au final, il me manquait quelque chose…

Avec du recul, je me suis mis à voir les choses sous l’angle suivant : au final, n’est-ce pas plus une orgie d’éditeurs qui transforment un entrepôt en scène de bataille médiatique plutôt qu’un salon POUR les fans ? Des stands à droite, à gauche, et surtout, un prix étiqueté sur chaque chose, pour que tout le monde puisse repartir avec son épée ou sa keyblade, légèrement déçu parce que « Oh, c’est plutôt ressemblant, mais on vois bien que la Triforce est gravée par une machine à clous… ».

Ne crachons pas dans la soupe, j’ai été plus que content de mon voyage, mais je pense que j’avais imaginé la barre un peu trop haute. Bref, tout cela pour dire que je n’ai pas ressenti ce « petit quelque chose » que j’étais venu chercher, car en effet, j’avais eu tous les scoops que j’étais venu trouver, on me les avaient même offerts sur un plateau d’argent. Et là, je me suis fait pour la première fois la remarque : « Merde ! J’ai été « guidé » de A à Z, on m’a prit la main et on m’a gentiment souffler quoi dire et quoi montrer ! ».

La Presse, les Stars et les Joueurs !

« Vidéo humoristique présentant Snoop Dogg jouant à Battlefield 1 lors de l’E3 2016 ! »

Bon, certains aiment Gameblog, d’autres non, on s’en cogne, là n’est pas la question. Analysons un peu cette courte vidéo. C’est l’E3 2016, tout un tas de beau monde est réuni, en particulier la Presse, venue du monde entier pour attraper des infos à la source, et les éditeurs, agitant ces fameuses infos comme un pompon au-dessus des journalistes afin de faire parler d’eux. Nous sommes là dans un rapport d’inter-dépendance Éditeur/Presse qui boucle à l’infini, mais qui n’est ni à défendre, ni à accuser. L’un ne peut vivre sans l’autre et inversement.

Que voyons-nous donc ? Snoop Dogg (une personnalité, donc) jouant à Battlefield 1 afin de promouvoir le jeu. Si vous pensez que je vais m’attarder sur la batte de base-ball qu’il a en bouche et l’état manifeste de « stonitude » dont il est atteint, vous vous trompez, ce n’est pas ce qui m’a inquiété aux premiers abords. Soyons clair, utiliser une personnalité publique pour promouvoir un produit ou une oeuvre, ce n’est pas nouveau, ce n’est ni la première ni la dernière fois que cela se produira. Mais pour justifier cela, il faudrait a minima prendre une personne compétente, non ? Vous accepteriez d’acheter du pain auprès d’un garagiste, ou de faire réparer votre voiture auprès d’un boulanger ?

Ci-dessous une autre vidéo de Gameblog. Les premières minutes sont destinés au travail du rédacteur en chef du site, à savoir la visite des stands du salon et la livraison de ses impressions, mais le plus intéressant arrive à 6 minutes 40 secondes (restez bien jusqu’à la fin ensuite).

« Gameblog se fait « poliment » congédier du salon de Bethesda ! »

Aïe ! La brique tombe et elle fait mal. Julien Chièze affirme même que ses confrères de JeuxVideo.com et de Game One se sont vu offrir le même traitement et souligne des conditions de travail difficiles. Bon, ne stigmatisons pas, cela ne s’est pas déroulé de cette manière chez tous les éditeurs, mais nous pouvons d’ores et déjà sentir un « écartement » professionnel et médiatique de la Presse spécialisée au profit d’une tête d’affiche plus vendeuse.

Et c’est là que l’on remarque l’influence que peut avoir un éditeur auprès d’un journaliste (directement ou non).

Un des problèmes qui est présent depuis un bon moment, c’est le manque de confiance qu’ont les joueurs envers cette fameuse Presse spécialisée. De plus en plus, les voix s’élèvent afin de souligner le côté « vendu » des lignes éditoriales, l’encaissement de gros chèques d’éditeurs afin de bien noter un jeu, les soirées organisées tout frais payés, j’en passe et des meilleures. Imaginez un peu ce qu’il adviendrait si celle-ci se faisait écarter par les éditeurs eux-même ? Nul doute qu’elle s’effondrerait. Certains pensent que c’est bénéfique, à tort ou à raison. Pour ma part, la « mort » de la Presse spécialisée se solderait par une ère de promotion médiatique où les notes de jeux seraient données par Enjoy Phoenix, Norman et pourquoi pas Nagui featuring Nolwenn Leroy ? Ah, ça c’est déjà fait !

Une question qui se doit d’être posée à mon sens est la suivante : Est-ce que les joueurs préfèrent qu’on leurs vendent des infos critiquables, ou bien de la pub ?

C’est pour cela qu’il est bon de bien prendre en compte le rapport d’inter-dépendance entre Presse et éditeur.

Il n’y a pas de rapport de force, si l’un boycotte l’autre, ce sont les deux qui en souffrent ! 

Mais ça, c’était avant ! C’est là que pour les éditeurs arrivent le pain béni de ces dix dernières années : Youtube ! Des jeunes gens, souvent, qui acceptes de parler ouvertement d’un jeu vidéo pour le simple prix de lui offrir. Comparé à inviter tout un tas de journalistes dans des hôtels avec buffets et cocktails, il est vrai que c’est financièrement moins coûteux. C’est donc cela, ces vidéastes, qui désirent simplement voir comment est fait ce milieu et acquérir des compétences au passage (ce qui est normal, attention, on ne crache pas), ne se rendent pas souvent compte qu’ils sont plus malléable qu’un spécialiste. Le fait que les éditeurs « livrent » de plus en plus leurs informations par le biais d’événements directement au joueur, montrent le fait qu’ils désirent s’affranchir de plus en plus de la Presse au profit de méthodes moins coûteuses et plus abordables.

Avec ce média, les éditeurs tentent à « briser » ce rapport d’inter-dépendance afin d’agir de manière autonome. Je reprend l’exemple du préambule et de mon expérience personnelle en avouant qu’en effet, un esprit mal préparé est malléable, mais c’est normal lorsque l’on connaît mal certains codes.

L’objectif ici n’est pas de stigmatiser qui que ce soit. Des journalistes pourris, il y en a, c’est une évidence, tout comme il y a des Youtubers crédules. À contrario, il y a également des journalistes éthiques et des Youtubers pragmatiques. Il faut donc bien comprendre qu’une ligne éditoriale, tout comme un Youtuber, se lit, se regarde, se questionne et se consomme par choix. De plus, il faut également bien comprendre que les journalistes JV sont, pour les plus éthiques, les seuls remparts entre les éditeurs et nous (joueurs). En effet, s’il n’étaient pas là, à qui voudraient-on bien se vouer ?

À des Youtubers ? Le raisonnement n’est pas idiot, en effet, car le côté « indé » rend libre de toutes entraves et favorise la création (il faut encourager les indépendants, vous me connaissez), mais le constat sera le même : pour une personne concise, passionnée et professionnelle, combien de têtes d’affiches, fiers enfants de Youtube-Réalité et autre rêves éphémères brisés passeront par là ?

Quelle avenir pour la Presse JV ?

« Vidéo d’UnDropDansLaMare datant de 2014 | encore d’actualité à mon sens ! »

Comme il est très joliment dit dans cette vidéo : il faut entretenir une Presse d’opinion. Par extension, il faut continuer à cultiver l’esprit critique.

J’espère que ce billet vous a plu, et je vous invite à donner votre avis, afin de pouvoir échanger sur la question. Car après-tout…

Ce billet ne représente que mon avis, et n’est en aucun cas un discours unique et inattaquable !

Féru de jeux vidéo, j'aime bien en parler, y jouer, le remettre en question et, surtout, écrire dessus ! J'avais déjà un pad NES dans le ventre de ma mère et je suis né en avance grâce à un cheat code !

Envie de réagir ?

Lost Password