Les 10 jeux vidéo qui ont façonnés mon parcours de joueur !

Les 10 jeux vidéo qui ont façonnés mon parcours de joueur !

Nous avons tous des souvenirs de joueurs qui nous ont en quelque sorte « façonnés ». Qu’ils renforcent un sentiment déjà en place ou qu’ils en éveillent de nouveau : il y a bel et bien un effet sur notre manière de penser et d’aborder les choses. Pour ma part, de par ma nature à aimer les histoires, les contes et autres scénarii, je me suis naturellement tourné vers les RPG (il y en aura donc quelques uns dans ce classement). Cet article est donc là pour faire un bref retour sur les 10 jeux vidéos qui m’ont marqués à vie et m’ont fait réalisés que le jeu vidéo, c’était plus qu’un simple bien de consommation !

1 / Secret of Mana (SNES)

Oui, je sais, je commence peut-être un peu fort avec Secret of Mana. Paru en 1993 en Europe, il faisait partie des rares J-RPG ayant dépassé la frontière japonaise pour tenter l’aventure de l’international. Et quelle aventure : le titre s’est rapidement forgé une place de choix dans le cœur de beaucoup de joueurs. Pourtant difficile (je ne l’avais pas fini la première fois à l’époque), Secret of Mana est parvenu a proposer une expérience plus que solide. Certes, il n’a pas forcément bien vieilli (gameplay un peu lourd actuellement), mais une chose est sûre : il a marqué un tournant avec Chrono Trigger ! Si vous désirez vous y mettre, le titre est disponible à l’émulation ou sur iOS !

2 / Golden Sun I & II (GBA)

Très honnêtement, Golden Sun est tout simplement le meilleur RPG de la GBA. Bonne soirée et à la prochaine ! Non, plus sérieusement, il est malheureux qu’une série aussi géniale et intelligente que Golden Sun n’ai pas connue de suites dignes de ce nom. Certes, nous avons bien eu droit à un troisième épisode, qui bien que sympathique, ne renouvelait pas le concept. Qui plus est, ce troisième opus se termine par un cliffhanger de l’espace, et là nous apprenons que quoi ? Il n’y aura pas de Golden Sun 4. Oui, c’est ce que l’on appelle la tristittude ! Néanmoins, Golden Sun restera gravé dans les mémoires tant par son ambiance enivrante, ses mécaniques huilées et sa direction artistique léchée. Sans compter un scénario magistralement répartit sur deux épisodes d’anthologies. Un must have !

3 / The Legend of Zelda : Majora’s Mask (N64)

Vous avez déjà probablement joué à Majora’s Mask au moins une fois dans votre vie. En général, il y a deux écoles, ceux qui ont accrochés directement, et ceux qui n’ont pas été embarqués. C’est amusant de voir à quel ce jeu, très particulier, scinde son public en deux. Personnellement, je fait partie de ceux qui ont adoré, et je considère que Majora’s Mask est le meilleur Zelda jamais conçu (ex æquo avec The Wind Waker). Le scénario et le background des personnages étant un élément central de cette aventure, je ne cache pas avoir beaucoup flippé devant ce jeu étant petit, notamment à dix ans quand j’entrais au sein de la vallée d’Ikana la nuit, seul dans ma chambre !

Finalement, c’est beaucoup de tendresse que j’ai pour ce titre incroyable qui possède une réelle aura émotionnelle. Si le cœur vous en dit, je vous en parle un peu plus dans ma critique consacrée au jeu !

4 / Tales of Symphonia (NGC)

Oui, oui, encore un RPG : ça commence à ressembler à une chanson… Blague à part, Tales of Symphonia fut le premier Tales of a débarquer sur le sol Européen. Et quel accueil, je me souviens encore des publicités de l’époque qui le vendait comme « le plus beau jeu du monde ! ». La plupart des occidentaux étant habitués aux productions de Squaresoft (à l’époque) et à du tour par tour, l’arrivée du concurrent qui se voulait plus nerveux, plus dynamique et plus japonais fit un temps pencher la balance. Quand bien même, je ne comptais plus mes heures lorsque je m’installais devant ma gamecube : le jeu le valait bien !

Si vous êtes intéressé, sachez qu’une version « Chronicles » en HD est disponible sur PS3 et PC et regroupe les deux volets (oui, parce qu’il y aune suite, mais clairement en dessous du premier opus). Cela reste néanmoins une bonne occasion de se replonger dans ce RPG dantesque et savoureux !

5 / Danganronpa I & II (PSV / PS4)

Le genre du visual-novel, il faut accrocher car ce n’est pas donné à tout le monde. En gros, il faut être lecteur dans l’âme en plus d’être joueur. Prenez ce genre de jeu comme des livres interactifs qui ponctuent leurs dialogues avec des effets visuels et sonores renforçant l’impact des paroles des protagonistes. Vous vous en doutez, ce genre convient parfaitement à tout ce qui touche de près ou de loin à de la résolution d’enquêtes ou encore d’énigmes.

Avec Danganronpa, c’est surtout des phases de procès un peu barrées servant un scénario génialement et superbement assumé. L’intrigue est simple, vous êtes un lycéen qui est plus que ravi d’intégrer l’université de ses rêves, mais son premier jour ne va pas se passer comme prévu : il s’évanouit dès l’entrée. À son réveil, il se retrouve avec une poignée d’élève et un principal qui est un ours en peluche et qui établit des règles simples : pour s’enfuir, il faut tuer quelqu’un sans se faire prendre lors d’un procès ; si le meurtrier réussit, il peut quitter l’académie sain et sauf tandis que les restants sont tous exécutés (d’où le côté crucial pour eux de trouver absolument le coupable) !

Délicieusement drôle, mature et même introspectif par moments, tout est bon dans cette série, allant des phases de procès loufoques mais prenantes au casting de personnages très bien travaillé et pertinent. En revanche cette série de jeu n’est malheureusement disponible qu’en anglais, il va donc falloir choper le dico de traduction et rester patient pour comprendre les tenants et aboutissants de l’intrigue. Mais cela en vaut la peine. Tout ce que j’attends désormais : la sortie du troisième épisode qui ne devrait pas trop tarder !

6 / Phoenix Wright – Ace Attorney (GBA/NDS/3DS)

Un autre visual novel, nettement plus connu que Danganronpa et pour cause : plus ancien aussi. Avec ses débuts sur GBA, Phoenix Wright s’est taillé une place en Europe sur Nintendo DS et en version française s’il vous plaît (ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, vu qu’ils sortent tous en anglais). Moins « glauque » que Danganronpa et moins cynique aussi, c’est clairement la posture de notre héros Phoenix Wright qui m’a fait aimer ces jeux. Enfin, lui et bien entendu le procureur, ennemi traditionnel des phases de procès, qui est un rôle que les fans attendent impatiemment à chaque nouvel opus.

Phoenix Wright se dote également d’une narration très complexe et assez bien foutue, mais les phases d’enquêtes sont… Comment dire ça gentiment ? Chiantes ? Oui, il y a un peu de ça oui, mais après-tout, c’est ce qui rend les procès suivants plus mémorables ! Si vous parvenez à vous trouver les trois premier opus sur NDS en Français, je vous le recommande chaudement (et tant qu’à faire, faites aussi Appolo Justice, il vaut le détour).

7 / Ape Escape (PS1)

Un singe qui s’évade d’un zoo et qui parvient à « voler » un casque d’intelligence lui permettant de remonter dans le temps afin d’anéantir l’espèce humaine… Est-ce que ça semble si absurde que ça ? Je ne mens pas : c’est vraiment le scénario du jeu qui, derrière ce côté décalé et burlesque, cache une petite pépite d’ingéniosité côté gameplay. Le stick gauche pour vous déplacer, le stick droit pour utiliser vos différents objets et gadgets : il n’en faut pas plus !

Le premier jeu que j’ai terminé à 100% (et je vous promet que c’était pas facile). Il est tout simplement adorable. Ses suites sont toutes aussi sympathiques, et si vous avez une PS4, je conseille d’aller acheter le deuxième opus (classés dans les jeux PS2). Bref, Ape Escape vaut le détour, en plus d’être un excellent jeu de plateforme. Il est intelligent, soigné et avec une OST pop-electro-japonaise qui déchire tout : c’est une petit douceur en sucre comme on n’en fait plus !

8 / La Trilogie Spyro (PS1)

Dans la même veine qu’Ape Escape, la trilogie des Spyro est pour moi un incontournable. Il fait partie de cette catégorie que l’on nomme grossièrement les « jeux moyens ». Pas assez riches pour être des blockbusters, et pas assez pauvres pour faire partie de la famille des « petits jeux ».

C’est néanmoins dans cette classe (sociale) là que se trouvait pas mal de pépite lors de l’ère Playstation. Encore un jeu de plateforme rondement développé, qui se paie le luxe de jouer la carte de l’humour animalier (bien que dans cette catégorie, Conker’s Bad Fur Day détient toujours la palme). Si vous avez une PS3, la trilogie sur le PSN est très abordable et vous promet tout un tas de bons moments (restons d’accord sur le fait que le troisième opus est le meilleur, n’est-ce pas ?).

9 / Pokémon Or & Argent (GB/GBA/NDS/3DS)

Alors j’ai connu Pokémon avec les versions Rouges et Bleues, mais je ne fait par partie de ceux qui pensent que Pokémon c’était mieux avant. La dernière génération m’a séduit tout autant que la première, mais mon petit chouchou reste la version Argent (Lugia, quoi, bordel). Le fait de poursuivre l’histoire de R&B, de visiter une nouvelle contrée et de pouvoir, à la fin du jeu, revenir à Kanto pour aller défier Red : coma planétaire !

Alors oui, ce n’est pas forcément la meilleure saga du monde, qui propose de l’or en barre avec des twists scénaristiques ficelés et de la punchline à tout va : mais c’est un voyage ! Honnêtement, je trouve que Pokémon Soleil & Lune symbolisent parfaitement cette notion de voyage. Donc  je reste encore (et jusqu’à être déçu) fan de Pokémon.

10 / Final Fantasy IX (PS1)

Pour ma part le meilleur Final Fantasy ! Symbolique, pertinent, drôle, attachant, sérieux… Je ne vais pas vous faire la liste de tous les adjectifs que je lui attribue, mais si vous désirez en savoir plus, je vous renvoi sur mon billet traitant de ce jeu absolument unique et qui est parvenu à amener un courant de pensée fort dans le jeu vidéo : celui de l’humanisme ! Bref, une oeuvre culte de chez culte qui m’a marqué au fer rouge et qui me fait toujours ce petit pincement au cœur à chaque fois que je le refait !

Le mot de la fin !

Pour finir, que dire ? Vous avez devant vous les titres qui m’ont accompagnés durant mes vingt-sept printemps de joueur (un peu moins, mais bon). Il y a un peu de tout, et bien sûr, je garde en mémoire certains opus bienveillants comme Metroid Prime, StarFox Adventure ou encore les premiers Tomb Raider, mais que voulez-vous : je n’avais pas la place de tout mettre.

J’en retiens, heureusement, que de très bonnes expériences qui m’ont façonnées, d’une certaine manière, et qui m’aident à accepter ou refuser ce que devient le JV à l’heure actuelle, qui continue d’évoluer et de grandir. Quand le jeu vidéo me fait sentir qu’il pense toujours à moi, c’est rassurant, et quand il tente de suivre de nouvelles voies, c’est parfois frustrant, mais c’est ainsi qu’on progresse.

Et vous, dans l’histoire ? Quels sont les jeux vidéo qui vous ont le plus « accompagnés » durant votre de gamer/gameuse ?

Féru de jeux vidéo, j'aime bien en parler, y jouer, le remettre en question et, surtout, écrire dessus ! J'avais déjà un pad NES dans le ventre de ma mère et je suis né en avance grâce à un cheat code !

4 Commentaires

  1. Pas mal la selection 😁 . Bon après j’ai pas accroché avec Ape Escape et FFIX. Moi c’était plus FFVII, FFVIII et Crash Bandicoot 😂. Sans oublier le magnifique Breath of Fire 3 sur playstation

    Réponse
    • Ah, Crash Bandicoot que de souvenirs et FF VII et VIII qui, sans être mes favoris, sont également d’excellent RPG. 😉

      Réponse
  2. Bien que ta selection soit tout simplement irreprochable je suis etonné de ne pas voit de jeux multi dans ce top 10 car ils apportent quelques chose d’unique dans la vie d’un joueur. Peut etre dans un prochain billet dedié a cet aspect du jeu…

    Réponse
    • En effet, je pense à Smash Bros. notamment ou encore les party games qui m’ont beaucoup marqué, mais malheureusement, c’était compliqué de tout mettre ^^ Sur un autre billet dédié au multijoueur c’est une bonne idée, je met ça de côté 😉

      Réponse

Envie de réagir ?

Lost Password